Diaporama Nous Contacter Espace élu

Actualité

[Mémoire] La cérémonie régionale d’hommage aux harkis s’est déroulée à Zonza

Publiée le 26 septembre 2019

Le 25 septembre, avait lieu la Journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives. Cette année, la cérémonie régionale s’est déroulée à Zonza en présence des autorités civiles et militaires, d’anciens combattants, d’élus et d'écoliers collégiens, notamment de Levie et Zonza.
La commémoration s’est tenue devant la plaque à la mémoire des harkis et de leur engagement au service de la Nation.
 

Qu’est-ce que les harkis ?

Le terme « harki » désigne tous les musulmans français, anciens supplétifs, qui étaient aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie (1954-1962).
Les harkis sont membres d’une harka, provenant du mot arabe « mouvement », qui est une unité de supplétifs musulmans rattachée à une unité française.
Pendant la guerre les harkis sont embauchés localement. A l’indépendance, ils deviennent la cible de violences de la part des militants indépendantistes. Rapatriés en France avec leurs familles, ils sont hébergés dans des structures d’urgence établies dans des camps militaires. Pour faciliter leur reclassement, les pouvoirs publics mettent en place un certain nombre de mesures dont la construction de « hameaux de forestage ». Une solution qui permet de les loger et de leur fournir un travail rémunéré en les employant à l’aménagement des forêts domaniales.

Voir la vidéo réalisée par l'Office national des Anciens Combattants

 

Les harkis à Zonza

En août 1971, 25 familles, soit plus de 250 personnes, arrivent pour s’installer au hameau forestier implanté dans le haut du village. Ils viennent notamment d’Arfons, dans le Tarn, à la suite de la fermeture du hameau forestier des Escudiés.

L’Office National des Forêts procure un emploi rémunéré à chaque ancien harki. Ils effectuent des travaux de reboisement et d’aménagement des forêts et, en période estivale, sont affectés à la défense des forêts contre les incendies. Leur engagement et leur efficacité sont remarquables et remarqués et, peu à peu, des relations cordiales se nouent avec les gens du village puis de solides amitiés qui perdurent encore aujourd’hui. Des mariages inter-communautés sont célébrés et des enfants naissent de ces unions.

Néanmoins, au fil des années, des familles quittent le hameau pour aller vivre en ville et trouver du travail. En 1984-1985, 11 maisons du hameau sont réhabilitées par le bailleur social Logirem et dans les années 2000, elles seront mises en vente et proposées en priorité à leurs occupants harkis. Il reste aujourd’hui 4 familles à Zonza.

En Corse, la communauté harkie est actuellement estimée à plus de 1 000 personnes, descendants compris ; elle regroupe plus de 400 000 personnes sur le territoire français.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plaque commémorative de Zonza

La première plaque officielle portant reconnaissance de l’engagement au service de la Nation des harkis et des membres des forces supplétives ainsi que du travail qu’ils ont accompli dans les hameaux de forestage, a été dévoilée le 16 juillet 2015 à Zonza par Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat aux anciens combattants et à la mémoire.

"Au nom de la République française, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, a rendu hommage à l’engagement au service de la Nation et aux sacrifices consentis par les harkis et anciens membres des forces supplétives.
Il a rappelé le travail accompli dans les hameaux de forestage et l’accueil de 29 familles par la population de Zonza.

 

Source : Mission interdépartementale mémoire et communication de la Corse, Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre 
 

 

‹‹ Retour