Diaporama Nous Contacter Espace élu

Les réalisations

Les sites archéologiques

Publié le 28 juin 2009

Dans le cadre d’une politique de mise en valeur de son patrimoine culturel, archéologique, historique et environnemental, la Communauté de Communes de l’Alta Rocca a mis en oeuvre un programme de recherche, de conservation et d’exploitation des sites monumentaux de la microrégion.

La démarche visait à mettre à jour et en valeur les vestiges préhistoriques de l’Alta Rocca, dont la richesse patrimoniale n’a pas livré tous ses secrets.

François de Lanfranchi, archéologue originaire de la région et directeur du Centre d’Études et de Recherche Archéologique en Alta Rocca (CERAAR), travaille depuis longtemps sur le terrain. Il est à l’origine de cette démarche ambitieuse.

Structurer la démarche

La première mesure fut le recensement de tous les sites dont on connaît l’existence sur une carte topographique.
De nombreux sites ont été mis à jour pour lesquels il faut organiser l’entretien, l’exploitation et la préservation.
L’urgence a été au site de Tusiu et à celui de Presa (ci-dessus), le village néolithique le plus ancien retrouvé en Corse (5000 ans av J-C) et qui se situe sur le territoire de la commune d’Altagène.
Puis il a fallut organiser la recherche d’autres lieux préhistoriques dans la région qui en est riche, parfois sans s’en douter.
Pour l’avenir, on peut imaginer la création d’une route des sites archéologiques qui permettrait aux visiteurs de visiter la région en partant à la découverte de son histoire.


Le site de Cucuruzzu reçoit de nombreux visiteurs

 Une synergie de moyens

La Communauté de Communes de l’Alta Rocca a soutenu et financé cette initiative avec l’aide d’autres partenaires institutionnels.
D’autres régions comme la Sardaigne, qui ont mis en place, depuis longtemps, une politique de préservation et de valorisation de sites.
La réalisation de ce programme s'est fait en étroite collaboration avec les divers acteurs concernés : État, propriétaires de terrains privés, élus locaux, chercheurs, universitaires, administratifs. Le musée de Levie a été partie prenante dans la démarche en créant un véritable centre de réflexion, de conservation et de diffusion des connaissances.

Ce fut un projet créateur d’emplois qui s'est s’inscrit dans une volonté de développement de notre microrégion. Ce projet a favorisé l’essor du tourisme et créé une dynamique positive dans bien des domaines.

‹‹ Retour